L’appel aux esprits de la nature

Esprits de la forêt et paradoxes

Le barde est un adepte des écrits sur le mur païen et de toutes les hypothèses que suscite ce lieu. Mais il y a une thèse qui le fascine particulièrement : c’est la théorie du chercheur alsacien, Ivan Tzéplaeff, féru d’archéologie et de paléontologie qui a longuement étudié le mur païen.

Ivan Tzéplaeff  avance une hypothèse sur l’origine d’une enceinte, le mur païen, long de plus de 10,5 km, il est l’œuvre d’une partie des armées du célèbre Hannibal Barca (né en en 247 av J.C, mort en 181 av J.C en Bithynie). 

Ces événements datent de la deuxième guerre punique (218-202 av J-C). Pour Ivan Tzéplaeff, ce mur est issu de la stratégie des carthaginois, de leur savoir-faire en construction de fortifications, ainsi que dans le domaine et la maîtrise de fendre les roches de grès selon un procédé ingénieux. 

Le procédé consistait à faire des feux gigantesques sur des blocs de pierre dont le grès des Vosges ; lorsque le bloc de pierre était brûlant, ils l’arrosaient d’un filet de vinaigre à l’endroit où ils souhaitaient fendre la roche. La réaction était immédiate. Là où le vinaigre était déversé, la roche  se fragilisait et se fendait sous les coups de maillet.

Le barde voulait faire l’expérience selon la tradition. Après quelques coups de marteau et deux belles pierres aux faces planes très proches de nos briques actuelles, le bloc de pierre se détacha à l’endroit même du filet de vinaigre.

Il existe de nombreuses controverses sur l’explication des assemblages des pierres. On ne trouve pas de similitude, (sauf au Frankenbourg), dans les ouvrages celtiques ou romains, en revanche, cette méthode d’assemblable à été retrouvée  dans des ouvrages carthaginois. 

En Alsace, il y a un autre lieu comme le mur païen, l’enceinte du Frankenbourg qui nous révèle la même méthode de construction. 

L’enceinte  du Frankenbourg  offre un immense champ de recherche sur la datation du lieu. Les fouilles de 2014 et 2015 ont peut-être apporté des réponses sur ce sujet !

Eurêka !  On peut envisager l’hypothèse ! Hannibal Barca au Mont Saint Odile.

Hannibal est passé par les Alpes pour guerroyer en Italie contre les romains, cela a été validé par les historiens, mais d’où vient cette théorie d’une armée carthaginoise dans le massif des Vosges ? 

Ivan Tzéplaeff, propose  quatre hypothèses :

Ce général était un stratège audacieux, un habile diplomate qui incitait les peuples à se révolter contre Rome.

Aurait-il scindé ses troupes en deux armées. L’une des armées pour traverser les cols des Alpes afin attaquer par l’Italie. L’autre, pour remonter la vallée du Rhône, se positionner au nord, dans les Vosges, dans une manœuvre de contournement  afin de surprendre les troupes romaines à revers ou en étau ?

Hannibal Barca en fin tacticien a-t-il  voulu berner les espions romains et faire croire que son armée s’était affaiblie tout en ayant des troupes de réserves disponibles ?

Aurait-il envoyé une délégation composée de différents corps de métiers pour partager des savoir-faire aussi bien en construction qu’en art de la guerre comme l’embuscade, une pratique que les celtes employaient souvent contre les légions romaines.

C’est une belle théorie pour le barde. Des éléphants sur ce Mont Saint Odile à plus de 700 mètres dans un territoire tenu par les tribus celtes Médiomatriques ou Triboques ? Un vrai choc de culture. 

Alors, l’idée que des généraux ou savants d’Hannibal Barca ont croisé des druides près de la grotte des druides du côté de Barr, sur l’un des versants de la Bloss du Mont- Saint Odile, ça dépasse l’imaginaire du barde. Cette grotte reste une énigme non élucidée à ce jour comme la théorie énoncée par Mr Ivan Tzéplaeff.  

Le barde va poursuivre sa quête sur ce sujet fascinant, et sur cette grotte qui est un ensemble de blocs de pierre de type mégalithique. Dans ce lieu se dessine un passage souterrain où des blocs forment des dolmens d’où le nom de la grotte des druides.

On parle de ce site à la fin du 17e siècle. Le botaniste Marcus Mappus, évoque ce lieu, mais le nom de la grotte des druides doit être attribué à Jean Schweighauser en 1825.

Nos forêts regorgent de secrets et d’énigmes pour ceux qui savent les chercher au cœur de notre maison nature.

L’appel aux esprits de la nature

On imagine souvent les êtres invisibles de la forêt, comme les elfes, les trolls, les licornes, les dragons, les kamis. Il existe des centaines de millions d’êtres non visibles pour nous, profanes. N’en doutez pas, il y a des esprits qui peuplent tout l’univers et tout particulièrement la forêt.

Ces êtres ont le pouvoir de se manifester dans tous les éléments ou forces de la nature. Ils circulent partout et résident  à l’intérieur des collines, des montagnes, des rivières, des lacs, des arbres et des plantes. Ils sont capables aussi de se manifester sous des formes de tempêtes, de typhons, de tremblements de terre ou d’éruptions volcaniques. 

Dans la culture celte, les druides savaient que ces êtres pouvaient décider du bien ou du mal.

Les cérémonies ésotériques et la connaissance des celtes ont pour but de vénérer dame nature de ces bienfaits afin d’éviter sa colère.

Bons et mauvais esprits

Le barde nous informe que la tradition des pierres levées (mégalithe)   avait pour objectif d’attirer les bons esprits afin qu’ils viennent habiter la pierre ou les branches plantées dans le sol pour attirer les bonnes récoltes, effrayer les animaux comme les loups, les sangliers, les ours, ou simplement attirer la bonne fortune sur les lieux, et sur les villages.

Avec le temps, ces structures primitives destinées à attirer les bons esprits sont devenues des sanctuaires, puis des lieux de cultes où beaucoup de nos églises se sont construites.

En conclusion, le barde évoque que tout est enseignement dans nos forêts, les plantes nous soignent, les arbres nous communiquent leur sagesse, le chant des oiseaux a un pouvoir guérisseur. Sans oublier que la forêt est un refuge pour tous.  

La forêt est la mère de toutes les légendes, de tous les contes et récits, la source éternelle de notre imagination, elle est la maison nature de nous tous. 

Marcello le barde du Torchis

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn