France : 40 ans de déclin inexorable

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l’ont engendré »   Albert Einstein

Le déclin de la France a commencé à la fin du mandat présidentiel de Giscard d’Estaing et par l’arrivée au pouvoir de Mitterrand, premier président socialiste de la Vème république. 

En 1975, la France est à la quatrième place des puissances économiques mondiales. Elle a reculé à la septième place en 2017.

Depuis 1975, la France n’a pas connu un seul budget en excédent. La dette publique a explosé passant de 21% du PIB en 1980 à plus de 110% du PIB en 2021. Le chômage de masse est devenu la « norme », se situant à 9% en moyenne sur la période. 

La désindustrialisation du pays est patente avec la division par deux du poids de l’industrie dans l’économie depuis 1970. Parallèlement à cette évolution, et pour maintenir le système social de redistribution (sécurité sociale, retraites par répartition) le taux des prélèvements obligatoires se situe à 47,5% (35% en 1975) et le poids des dépenses publiques est à 61% du PIB (44,5% en 1975). Les réglementations, l’administration et la bureaucratie sont devenues omniprésentes.

Le niveau scolaire s’est effondré sur la période. Dans les classements internationaux, la France se classe 26ème en mathématiques, 24ème en français. Si les savoirs fondamentaux ne sont plus maîtrisés, quel avenir professionnel pour les élèves ? L’économie sera impactée. L’apprentissage et les métiers manuels n’ont pas été mis en avant comme chez nos voisins.

Le système de santé français, autrefois performant et envié dans le monde entier, montre ses limites et la pandémie a exposé au grand jour l’effondrement de l’hôpital public : 35 heures, bureaucratie, 30% de salariés administratifs notamment, fermetures de lits, etc…

L’insécurité et les violences aux personnes ont explosé : le taux de criminalité est passé de 14 ‰ en 1950 aux alentours de 60‰ en 2021, et les violences s’élèvent à près de 300 000 faits en 2021. Depuis les années 90, la France a aussi connu plusieurs vagues d’attentats terroristes, l’armée devant même être déployée pour sécuriser le territoire.

La France, puissance nucléaire, a vu le budget de son armée passer de 6% à 2% du PIB. Les effectifs ont été réduits de moitié en 30 ans à environ 200 000 militaires. L’état du matériel et des stocks d’armes ne permet plus de faire face à un conflit de haute intensité dans la durée. 

Les dirigeants ont tous adopté peu ou prou les mêmes politiques depuis 40 ans. Ils sont issus des mêmes écoles et du même moule de pensée. La lâcheté des gouvernants, leur manque de compétences, la perte de souveraineté, quarante années de socialisme et de politiques erronées ont mené vers le déclin crépusculaire de la France. Les Français se réfugient dans l’abstention massive. 

Si on souhaite éviter de toucher le fond de l’abîme, il est plus qu’urgent de changer de personnel politique et d’avoir des dirigeants capables de penser « out of the box ».

Inspirons-nous des réussites de nos voisins. Sans prendre Singapour comme modèle, et sans vouloir adopter les politiques allemandes, comparons la Suisse à la France : nous avions le même PIB par tête en 1973 à environ 5k$, le leur est 2,25 fois le nôtre aujourd’hui (87k$ vs39k$), leur dette chute à 25% du PIB tandis que la nôtre explose au-delà de 110%. Arrêtons de vouloir copier l’Allemagne !

Donald Duck

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn