La bravitude, le retour de Ségolène

Qui se souvient de Ségolène Royal ? A la Présidentielle 2007, elle scandait : “Tous ensemble, tous ensemble » et parlait de “ bravitude”. Aujourd’hui, la haute fonctionnaire sort de son placard pour chanter les louanges de Mélenchon : « Le vote utile, c’est Mélenchon », l’homme de la providence, « le plus solide, expérimenté et structuré ». Le Zorro nouveau, l’extrémiste de gauche,  Monsieur 10% selon différents sondages. 

L’insoumis « structuré » ? La structure politique de Mélenchon consiste surtout  à insulter et menacer ses interlocuteurs, ou à hurler grossièrement : « La République, c’est moi !  Je représente le peuple » !  Un structuré qui se prend pour Marianne, n’est pas un bon diagnostic pour rassembler une gauche au fond de l’abîme, sans espoir de retour. 

Qui se souvient de Ségolène Royal pour qu’elle puisse croire qu’elle possède encore un pouvoir de séduction qui lui permettrait de jouer les influenceuses sur des stories de Facebook ou d’Instagram ? Pour cela il faut un sacré charisme et un talent oratoire hors pair. Elle n’a ni l’un, ni l’autre.

La bravitude, ça n’existe pas, la bravitude…  La gauche tous ensemble encore moins.

La bravitude ça n’existe pas
La bravitude ça n’existe pas
Chez moi il n’y a plus que moi
Et pourtant ça ne me fait pas peur
J’ai mes compagnons de malheur
Mon univers c’est le PS
La bravitude ça n’existe pas
La bravitude ça n’existe pas

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn