Il était une fois des clowns

L’orchestre du Titanic a continué de jouer sa partition pendant que le navire coulait après avoir heurté un iceberg.

Les clowns de la pandémie de sras-cov2 (covid-19) continuent leur cirque pendant que l’occident coule. 

Selon Nassim Taleb*, il y a eu 2 types de sociétés : « celle pour laquelle une vie est vie, et celle pour laquelle une vie est une statistique. La civilisation athénienne disait ne traitez pas l’ancienne génération comme vous ne voudriez pas que la prochaine génération vous traite ». 

Le bilan du covid-19 en absolu et en relatif est très mauvais comparativement à l’Asie.

Nous sommes entrés dans la 3ème saison des clowneries, digne d’une série Netflix.

Première saison : début janvier 2020 apparaît en Chine un virus similaire au sars-cov 1 de 2003 avec une plus grande contagiosité.

L’administration américaine de Trump a fermé les lignes aériennes avec la Chine. Des clowns américains ont rejeté ces mesures, les déclarants « racistes ». 

Les clowns français ont estimé que le virus n’a pas de passeport, ils refusent de fermer les frontières. Or, le porteur du virus, lui, a un passeport. 

La mesure efficace pour éviter une pandémie et la diffusion d’un nouveau virus est bien la fermeture des liaisons aériennes depuis le pays d’origine.

La clownerie des masques dans un monde occidental dépourvu de stocks suffisants restera dans les annales de la pandémie : « je ne sais pas le mettre », « ça ne sert à rien », « lavez-vous les mains » … Tout cela vaut bien la palme d’or des clowneries, d’autant que c’est un moyen primordial de protection face à un virus à transmission aérienne.

J’allais oublier la décoration que mérite la bureaucratie française pour son ingéniosité en plein confinement : rédiger sa propre autorisation de sortie et de promenade avec son chien (ou celui du voisin), fermeture de rayons de supermarché dits « non essentiels » ; et qui a décidé que les chaussettes étaient moins importantes que l’éponge spontex ?

Deuxième saison : les experts en expertise et les médecins de plateaux se sont écharpés sur la nécessité des vaccins et du pass sanitaire. On nous assurait que le pass sanitaire ne serait jamais en vigueur et que le vaccin 2 doses stopperait la pandémie… 

Troisième saison : Les clowns nous avouent que le virus va être endémique, vivez avec, cela n’est plus notre problème, mais nous vous ferons une faveur en retirant l’obligation du masque dans les transports (lieux clos à fort risque de transmission). 

Des génies on vous dit ! 

Autre clownerie : face à des cas d’hépatites chez de très jeunes enfants, et tandis que des pays émettent l’hypothèse d’un lien avec de possibles séquelles post-covid, les Anglais ont accusé les chiens d’être responsables des hépatites, et pourquoi pas les poissons rouges ?

Après avoir visé « l’immunité collective » par la vaccination et les contaminations, la réalité a prouvé que l’immunité collective était impossible à obtenir. La vague « Omicron » a même été considérée comme une dernière vague potentielle.

Oh ! Les incompétents !  Ils n’auraient pas vu venir la vague de l’été liée au variant BA5 !

Je vais prendre un pari : d’ici 2026, nous connaîtrons 3 à 5 vagues par an……

Il est certain que la stratégie du tout vaccinal est inefficace actuellement. Une nouvelle stratégie est souhaitable. A titre personnel, et comme l’histoire se répète plutôt en tragédie qu’en farce, j’apprécierai que cette mauvaise série clownesque s’arrête. J’aime les vrais clowns et les vrais cirques.

D’ici là, les clowns vont pouvoir faire des singeries, la pandémie de « monkeypox » (variole dite du singe) pointe son nez.

Attendons la stratégie du nouveau gouvernement. Bientôt la quatrième saison ! 

Nouvelle saison. Nouveau casting !

Donald Duck

*Nassim Taleb, écrivain, statisticien et essayiste spécialisé en épistémologie des probabilités et un praticien en mathématiques financières libano-américain

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn