Allo ? Liberté d’expression ? Liberté de la presse ? Y’a personne ?

Mais ils sont où les grands défenseurs de la liberté d’expression et de la liberté de la presse ? 

Le cybermilitant, journaliste, lanceur d’alerte australien, fondateur de WikiLeaks, Julien Assange va être extradé de Grande-Bretagne où il est emprisonné jusqu’au aux Etats-Unis où il encourt 175 ans de prison pour espionnage. 

Son « crime » ? Avoir révélé au monde la manière dont les États-Unis et leurs alliés (britanniques notamment) mènent la guerre en Irak et en Afghanistan. 

Pour Assange, « les États-Unis sont en mesure de contrôler une grande partie des communications de leurs citoyens en cachant de larges pans de l’information dont ils disposent. L’organisation des fuites constituent une lutte contre l’autoritarisme.” 

En octobre 2010, le site WikiLeaks révèle ainsi que les forces militaires alliées en Irak, ont torturé ou tué sans raison des centaines d’Irakiens civils et met en évidence « de nombreux cas de crimes de guerre qui semblent manifestes de la part des forces américaines, comme le meurtre délibéré de personnes qui tentaient de se rendre ». 

Exilé et traqué depuis ces révélations par les pays occidentaux, Julien Assange (qui a un enfant Français qui vit en France) est considéré par de nombreuses organisations internationales comme « un prisonnier politique ». 

Je vois actuellement beaucoup de personnes prendre la parole pour défendre nos valeurs occidentales de liberté d’expression et de démocratie.

C’est fantastique de défendre la liberté de la presse ailleurs. Mais quand cela se passe en Europe, ce serait formidable que ces mêmes voix s’expriment. 

Je réclame, comme d’autres, la libération immédiate de Julien Assange, privé de ses droits individuels depuis 12 ans.

Churchill

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn