Monty Pythons, le retour

Peut-on encore avoir un doute sur la volonté de l’Europe de se saborder ? Pour ceux qui en auraient encore, qu’ils lisent le fameux «guide de la communication inclusive» rédigé par la commissaire européenne Helena Dalli et qui propose aux communicants et organisateurs d’événements, des «lignes directrices» qui «regorgent de suggestions pour [les] aider à communiquer efficacement, avec sensibilité», et «intégrer une approche plus inclusive dans [leur] travail». Il vise à atteindre un objectif important : illustrer la diversité de la culture européenne et mettre en valeur la nature inclusive de la Commission européenne envers tous les milieux et toutes les convictions des citoyens européens.

Sacré Graal, qui n’a rien à envier aux délires des Monty Pythons, mais eux au moins sont drôles.

On y lit qu’il ne faudrait plus dire «noël» car on pourrait faire de la peine aux personnes non-chrétiennes, mais il faut toujours dire «ramadan», sinon on ferait de la peine aux personnes qui auraient de la peine si on ne le disait pas, il faut préférer le prénom Malika à celui de Marie, ne plus parler de «citoyens» lorsque l’on parle des gens en général, pour ne pas exclure les apatrides et les immigrés et, comble du comble, il faut éviter de dire «Europe»  afin de ne pas stigmatiser les Européens «ukrainiens, bosniaques et albanais» non membres de l’Union Européenne. Le reste du lexique est à l’avenant pour ne pas dire lavement, histoire de rester poli.

Entre les lignes, on comprend que pour la Commission Européenne, le christianisme et le judaïsme ne font pas, manifestement, partie de la diversité et de la culture européennes.

En somme, dire «bonjour mesdames, bonjour messieurs, joyeux noël» est stigmatisant, voire offensant, mais clamer «en même temps» que «la liberté est dans le hijab» est le signe d’une société ouverte sur le monde et la liberté, surtout celle des femmes.

Tant pis pour les dupes, mais quand on ne l’est pas, on ne peut pas ne pas voir les connivences étroites entre certains hauts représentants de ce que l’on appelle, pour le moment encore, « l’Union » Européenne, et des officines entristes et destructrices comme les frères musulmans dont une multitude de faux-nez associatifs font la propagande, à commencer par l’association FEMYSO (Forum of European Muslim Youth and Student Organisations), dont madame Dalli est l’amie.

On attend avec impatience le prochain lexique sur l’inclusion des LGBT unijambistes colorisés et non-binaires !

OT

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn