La démocratie Potemkine

En 2015 déjà Mr J-C Junker Président de la commission européenne déclarait : « il ne faut plus solliciter l’avis des peuples européens par référendum »

Il y a quelques jours,  on apprenait que celle qui lui succède, Mme Ursula Van Der Leyen, s’interrogeait sur l’éventualité d’encourager la vaccination obligatoire dans les pays membres, ce qui pour certains  nécessiterait d’abroger le code de Nuremberg de 1947, relatif  aux expériences médicales réalisées sur l’être humain.  

Sa proximité avec le PDG de Pfizer, le fait que son mari Heiko s’occupe de génie génétique, que son fils David occupe une place éminente dans l’organigramme  du cabinet de conseil Mckinsey ont-ils pu influencer sa réflexion?

Hasard incroyable, le cabinet McKinsey est rémunéré 2 millions d’€ par mois pour conseiller notre gouvernement pour le déploiement de la stratégie vaccinale anti-covid. Ici également,  le sort facétieux a mis en bonne place dans le staff de McKinsey France Victor Fabius, mais encore, McKinsey France a joué un rôle moteur dans le lancement du mouvement En Marche. Renvoi d’ascenseur ? 

Mais un joueur avisé, à l’instar du paysan, ne saurait mettre tous ses œufs dans le même panier, ainsi Mme Alexandra Dublanche, bras droit de Valérie Pécresse à la région Ile- de -France a également fait un passage dans les hautes sphères de McKinsey  France.

Tirez en vous-mêmes les conclusions que vous voudrez quant au choix démocratique que proposerait un second tour Pecron Macresse !

Venons-en maintenant brièvement à la pandémie. Au bout de 2 ans de déluges d’informations et de mesures contradictoires se dégagent quelques constats irréfutables :  Je me cantonne pour que la démonstration soit irréfutable aux consensus entre « pro » et « anti ».

La transmission et la circulation virale n’est pas entravée par la vaccination de masse. Aucune étude scientifique ne permet d’affirmer si la diminution des formes graves est due à la vaccination ou à l’évolution naturelle des virus.

Il faut en effet rappeler que les virus depuis la nuit des temps, (et plus encore les Coronavirus),  mutent fréquemment (les fameux variants) en devenant plus contagieux, mais également moins létaux. Sinon depuis les 4 millions d’années que nous autres humanoïdes coexistons avec les virus, cela fait belle lurette que l’humanité aurait perdu le match.

Sans entrer dans des développements scientifiques fastidieux, le meilleur mécanisme de retour à l’équilibre entre un nouveau virus pathogène et l’homme est l’immunité collective naturelle, ce qui est incontesté tant par les inconditionnels du tout-vaccinal que par les sceptiques. 

Si ce n’était pas le cas, tout nouveau virus apparu dans l’histoire aurait nécessité un vaccin efficace administré instantanément à toute la planète, ce qui est bien évidemment strictement impossible.

En conclusion, évitant les positions dogmatiques  il semble licite : 

– de protéger les sujets à risque bien identifiés (âge, obésité comorbidité) 

– de laisser se développer l’immunité collective naturelle dans le reste de la population      

– de permettre aux médecins de soigner les malades au stade précoce 

Ainsi, en  évitant   les mesures autoritaires et coercitives, la mise en berne de l’économie, les effets secondaires connus et ceux non  encore identifiés, le gouvernement par la peur, le contrôle social et  la servitude volontaire, nous viendrons collectivement à bout de cette pandémie  tout en respectant les libertés individuelles et la démocratie véritable.

Alphonse Denlemur

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn