« S’arrêter, oublier ses tracas du quotidien, prendre le temps pour soi, retrouver un nouvel élan »

Julie Vogt est esthéticienne depuis plus de 20 ans à Marlenheim. Elle est aussi coach beauté. Son métier lui a permis de côtoyer de grandes personnalités du Monde. Un parcours atypique pour cette femme originaire du quartier populaire du Neuhof à Strasbourg qui se retrouve aujourd’hui dans les endroits les plus huppés de la Côte d’Azur.

Pendant l’épisode du Covid, alors que son institut de beauté doit fermer provisoirement ses portes, elle ne se laisse pas abattre. Elle lance les premiers Apéros Entrepreneurs en ligne à Cannes. Durant le confinement : ils deviendront les plus grands apéros business digital de France. Le concept de ces apéros d’entrepreneurs s’est développé dans toute la France aujourd’hui mais en présentiel. Le réseau qui s’est développé autour de ces apéros est impressionnant. 

Car, il faut bien dire que le tempérament positif et jovial de Julie Vogt, ce don de recevoir et de prendre soin des gens est une qualité rare. 

Surfant sur ses succès, la jeune femme de 43 ans, maman de deux enfants, lance prochainement un nouveau concept en première mondiale en Alsace : les Aper’HOW. On garde les apéros et on y ajoute des ateliers pour se faire du bien à l’âme et au corps. 

Rencontre avec la nouvelle reine alsacienne de la Croisette. 

Churchill pour le Torchis : Un nouveau concept débarque en Alsace : l’Aper’HOW, de quoi s’agit-il ?

Il vise à recréer du lien social tout en faisant découvrir des techniques de médecines douces, alternatives ou des thérapies dans le domaine du bien-être. Cet évènement dinatoire se déroule dans un lieu insolite ou cocooning tenu secret jusqu’au dernier moment pour récréer la magie des rencontres. La première mondiale a lieu le 22 février à 10 mn d’Haguenau.

Aper’How c’est aper comme apéritif et HOW comme Healthy Opportunity Wellness (Santé Opportunité Bien-être)

Comment tu en es venue à créer et à développer ce concept ? 

J’ai toujours aimé faire plaisir. Mon parcours professionnel se caractérise par la volonté de rendre heureux les gens, d’apporter du bonheur autour de moi. J’ai débuté par l’hôtellerie mais très clairement je n’étais pas faite pour le monde du salariat : je suis trop indépendante. J’ai besoin de créer et de mettre mes idées en pratique.

J’ai constaté que beaucoup de gens se sentent seuls au quotidien. Je ne parle pas de sexe ici, je parle du besoin de l’amitié entre une femme et un homme, qui pousse à la découverte de l’autre pour partager des intérêts communs.

Depuis plusieurs années j’organise avec beaucoup de succès des apéritifs entrepreneuriaux sur la Croisette à Cannes. J’organise aussi des ateliers bien-être. 

Ces Aper’HOW sont la concrétisation de ces expériences-là. J’ai eu envie de lancer le projet en Alsace puisque je suis alsacienne. Il me semblait normal de commencer cette aventure par ma région de cœur. 

L’objectif est d’organiser ces événements tous les mois. L’occasion de partager un verre, de se faire des nouveaux amis, de bénéficier de tous les conseils des thérapeutes en médecine douce. Il s’agit en fait d’éveiller la bienveillance l’énergie positive du groupe. 

Comment vont les gens en ce moment ?

Je pense qu’ils ont besoin qu’on s’occupe d’eux. Ils ont besoin de ce genre d’événement parce qu’il y a de plus en plus de personnes qui se sentent seules. Elles ont besoin de renouer le contact, de recréer du lien. L’épisode covid a été particulièrement traumatisant pour les relations humaines. Le moral général n’est pas très bon. Ce projet arrive donc au bon moment même si sa conception a débuté avant la pandémie.

Je tiens à dire que toutes les consignes sanitaires lors de ces Aper’HOW sont respectées. 

La vie n’est pas facile : il faut travailler, être performant, être des bons parents, gérer les complications administratives, parfois les déceptions amoureuses ou les peines d’avoir perdu un être cher, les frustrations au travail, en famille, dans un couple … La vie n’est pas un long fleuve tranquille. 

Ce que je propose finalement c’est de prendre le temps de s’arrêter un moment, d’oublier ses tracas du quotidien, de prendre du temps pour soi, de retrouver un nouvel élan.

Les nombreux ateliers de médecines douces, de relaxation ou de méditation sont là pour permettre aux visiteurs de choisir la thérapie qui lui convient. C’est une opportunité pour profiter de la capacité de rebond qu’il y a en chacun de nous. 

Je sais très bien que lorsqu’on est chez soi, enfermé, on se sent protégé. Il est très difficile de quitter cette bulle. Je veux être celle qui donne la main pour aider à s’ouvrir de nouveau aux autres et au monde ; d’aider finalement à s’ouvrir à soi.

Comment se déroule un Aper’HOW ?

L’originalité c’est qu’il ne s’agit aucunement d’un salon de médecines douces où vous picorez d’un stand à l’autre à la découverte de nouvelles pratiques. Non, là vous passez directement à la pratique. Il y aura un thérapeute formé et reconnu derrière chaque atelier. 

Ces ateliers sont isolés, au calme, dans des pièces, des salons, des salles-de-bain. Finalement c’est un peu comme un parc d’attraction du bien-être. La palette est très large : de la fabrication de savons à faire soi-même, jusqu’à la découverte des bienfaits du café bio ; il y en a vraiment pour tous les goûts. Au total c’est près d’une vingtaine d’ateliers différents qui se découvrent dans un cadre privilégié

Je peux donner d’autres exemples : le soin tambour unité. Le patient s’allonge sur une table de massage et le praticien déplace un immense tambour de la longueur d’un Homme au-dessus de lui. Les vibrations du tambour vont résonner dans tout le corps et capter l’onde énergétique. De cette manière le praticien est capable de détecter les blocages et des perturbations qui sont à l’origine des maux. J’ai pu tester, c’est extraordinaire. 

Il y aura également une personne qui tirera les cartes, une numérologue, une sophrologue, une sylvothérapie… 

Forcément tout le monde ne pourra pas tout essayer en une soirée, ce n’est pas possible. Et pour que l’expérience soit enrichissante nous allons limiter la jauge des inscrits. Cette contingence est aussi mise en place par le propriétaire du lieu qui nous reçoit.  

Nous venons de lancer les premières inscriptions sur le site internet de Aper’HOW*. Pour l’instant cela marche très bien. Je suis contente. On arrête les inscriptions au moment où la jauge est atteinte. 

Toutes ces sciences alternatives c’est un peu du n’importe quoi Julie Vogt ? 

Pas du tout. Si cela fait du bien aux gens c’est le plus important. Tout ce que j’ai pu essayer ou tester, je le mets à la disposition des autres : médecines douces, huiles essentielles. En fait, c’est tout ce qui vient de la Nature. Je ne suis pas une spécialiste, je veux juste m’entourer de toutes ces connaissances qu’on redécouvre mais qui sont bien souvent ancestrales. 

J’ai personnellement sélectionné tous les praticiens qui viendront. Ils sont tous formidables. Ils ont tous une belle énergie. Et vous verrez, il parait que j’ai un véritable don pour recevoir les convives.

Et les apéros entrepreneuriaux de Strasbourg et de Cannes, tu continues à les organiser ?

(Julie Vogt rit). Ah il faut que j’explique comment sont nés ces apéros. Voilà, j’ai fait tout cela pour un homme. Je voulais juste l’épater, l’étonner.

Je viens du quartier du Neuhof à Strasbourg, je n’en ai absolument pas honte, j’y étais très heureuse dans une famille aimante et soudée.

Mais quand je me suis retrouvée par hasard sur la Côte d’Azur à fréquenter la jet-set j’ai senti le poids des « classes » dans notre société. Impossible de te faire remarquer si « tu n’es pas du même monde »  

J’ai donc commencé à entreprendre, juste pour lui en mettre plein la vue.  Un an auparavant j’avais déjà organisé des apéros d’entrepreneurs à Haguenau. Je me suis dit que cela pouvait être une bonne idée de départ. 

Comme je n’avais pas un sou, même pas un logement, j’ai d’abord mis en relation les entrepreneurs de la région, j’ai développé un réseau d’affaires. Ma joie, mon énergie, ma bienveillance m’ont permis de progresser dans le domaine de l’évènementiel. Finalement toute la ville de Cannes était ravie et enchantée de ces apéros entrepreneuriaux J’étais félicitée tout le temps. J’ai eu de nombreux articles dans les journaux. Un véritable succès. Je continue d’ailleurs à y organiser régulièrement des évènements.

Des apéros entrepreneuriaux se déroulent aujourd’hui dans toute la France. On m’appelle régulièrement pour savoir comment monter ces évènements informels qui créent du lien entre les forces vives des régions. Quand il a fallu organiser ceux de Strasbourg, j’ai dit : « Ah non là c’est chez moi, c’est moi qui organise ! ». A Strasbourg comme à Cannes, ces apéros fonctionnent très bien : tant mieux. 

Comment les rencontres que tu organises terminent-elles ?

(Julie Vogt rit encore). Non, Churchill ces rencontres ne se terminent pas de manière coquine comme tu pourrais l’imaginer… Même s’il est vrai que les rencontres autour d’un apéro mènent à tout : c’est le piment et la magie d’une rencontre, après tout.

Alors effectivement oui, cela m’est arrivé de mettre en relation des clients. Aujourd’hui, ils sont mariés ; ils ont des enfants, une maison, ils sont heureux. J’avoue, j’adore quand cela se déroule comme cela, c’est merveilleux. Je suis très fière des belles histoires que j’ai pu construire. 

Mais la vérité c’est que je travaille d’abord les relations sur un plan professionnel et amical. Evidemment, je compte sur ta présence pour cette première… 

Churchill
*Réservations sur https://www.eventbrite.fr/e/billets-aperhow-239277153407. 46 € la soirée.

Partager cet article :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn